Arrêts sur images
Ou comment la Chine m'a fait photographe

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le temps virait doucement à l’automne et, bientôt, le vent de Sibérie soufflerait sur Pékin les premières gelées. J’avais découvert la capitale chinoise dix ans plus tôt, à la même saison, et conservais des Pékinois l’image d’hommes et de femmes emmitouflés dans des manteaux de laine bon marché, pédalant au ralenti dans le froid à travers un dédale de hutong vers leurs misérables logis. Pékin était encore une ville silencieuse couchée au pied de sa Cité interdite et livrée aux cyclistes. Les clients ne se bousculaient pas aux étals des boutiques d’État, trois ou quatre pas plus, ouvertes sur Wang Fujin, une rue poussiéreuse et mal éclairée. Un ciel pâle et brumeux glissait sur les toits de tuiles jusque dans les faubourgs, jamais très loin. Une route à deux voies trouée de nids-de-poule mais bordée par une double rangée d’arbres traversait la campagne pour relier le centre à un aéroport délabré au trafic réduit. Lire la suite en PDF